Fabriquer l'aube

by Vincent Vallières

/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    Purchasable with gift card

      $9.99 CAD  or more

     

  • Record/Vinyl + Digital Album

    Includes unlimited streaming of Fabriquer l'aube via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 5 days

      $20 CAD or more 

     

  • Compact Disc (CD) + Digital Album

    Includes unlimited streaming of Fabriquer l'aube via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 5 days

      $12 CAD

     

1.
En regardant finir le monde Et naître mes désirs J’arrive à me dire Que tout est pas si pire C’est vrai t’as la tête dure Mais t’as un maudit beau sourire Nos amours qui expirent Ne veulent jamais finir Et toi, t’as l’air toute mélangée Et moi je t’écoute à moitié En regardant finir le monde Et naître le délire J’arrive à me dire Que ça pourrait être pire Le bonheur hallucine S’avance et se retire Et moi je deviens confus Incapable de choisir Et moi, je suis tout mélangé Et toi, tu m’écoutes à moitié En regardant finir le monde Et naître tes soupirs J’en suis à me dire Que ça pourrait mal finir Autour de nous ça gronde Tout veut nous désunir Le bordel nous accule On se ramasse ou on se tire Et toi, t’as l’air toute mélangée Et moi je t’écoute à moitié
2.
Stone 03:08
Nos vieilles rancunes Larguées loin derrière Accrochés à la lune On a ben mieux à faire Sorti de la brume Je ne touche plus à terre On se promet rien Sinon qu’un peu de temps Pour flâner tous les deux Ici et maintenant Profiter de la ride Et faire confiance au vent Avec toi je suis libre Tu me mets sur un high Stone Toi pis moi on a du fun Stone Loin des problèmes des hommes De machines et de guns On déconne, on assume On monte le volume Un rien nous arrange On fait fi de la une On s’en fout, on s’enlace La vraie vie nous dépasse Et tout redevient possible Tu me mets sur un high Stone Toi pis moi on a du fun Stone Loin des problèmes des hommes De machines et de guns
3.
Avec toi 03:28
Parce qu’on marche en équilibre Sur les beams de l’abîme Facile de perdre de vue la cime On se tient à un nuage On vacille à la vue d’un mirage En espérant toujours le miracle Parce qu’on veut tous écrire une page Du grand livre d’histoire Avant que frappe la débâcle Avant le grand voyage On s’époumone comme des perdus En cherchant la paix des épaves Sur le trottoir ou dans un champ Dans un bureau ou devant une vue Ce que je veux te dire maintenant Compte plus que n’importe quoi Je veux passer le reste de mes jours Avec toi Quand la poésie trop vaste Se perd dans les interstices D’une soirée trop longue Où le monde a juste pas d’allure La magie, la naïveté, le charme glissent Dans le précipice de l’ennui Où l’on trimballe nos frontières On s’accroche à ce qui nous reste de sincère L’amour, notre parole, la prière La bouffe de nos mères Et malgré les comptes en souffrance On continue, on avance Les yeux toujours plus grands que la panse Ce que je veux te dire maintenant Compte plus que n’importe quoi Je veux passer le reste de mes jours Avec toi Drôle d’étape dans l’époque Comme un jour d’été où l’on suffoque C’est le bordel dans la maison La guerre dans la télévision La grève sur les chantiers Les mensonges à l’hôtel de ville Les beaux principes sont pillés En marge de nos mémoires Puis une catastrophe foudroie l’avenir Et je doute et j’ai peur pour toi J’ai peur pour moi J’ai peur pour nos enfants Mais je veux croire que le jour qui se lève Apportera peut-être son lot de trésors Va donc savoir Ce que je veux te dire maintenant Compte plus que n’importe quoi Je veux passer le reste de mes jours Avec toi
4.
Je baragouine peut-être ma langue Mais là je te parle avec mon coeur À soir, je crois en nos chances De faire encore un bout ensemble Je veux croire en nos chances Il faut que ce soit plus que l’habitude Qui nous tienne ici On se doit ben ça toi pis moi Toi pis moi on sait pas s’aimer à moitié L’amour c’est pas pour les peureux J’en ai vu virer fou Accroche-toi mon coeur j’te jure On peut tenir le coup Dehors la beauté se meurt Nos jours sont futiles On marche sur les fleurs En se targuant d’être libres T’es le dernier rempart mon coeur T’es l’espoir ou l’exil Je veux voir ailleurs D’autres gens, d’autres villes Je veux vivre sans peur Tout partout et paisible Et tout me ramène à toi Que je sois ici ou là-bas L’amour c’est pas pour les peureux J’en ai vu virer fou Accroche-toi mon coeur J’te jure on peut tenir le coup
5.
Lili 03:47
Heille Lili, J’vois ben que tu vis des heures folles T’es là perdue sans boussole Je suis ben inquiet pour toi Tu sais Lili Quand la vie te trahit Qu’une histoire te brasse Et que ton coeur se casse C’est correct de pleurer Mais oublie pas Que t’as toujours en banque Quelques jours de chance Et un peu d’espérance C’est juste une passe Faut pas perdre patience J’te jure fais-moi confiance On va s’en sortir ensemble C’est vrai Lili Tout finit par s’user Nos habits, nos maisons, nos amours La gloire des premiers jours C’est vrai aussi Lili Qu’y a des coups qu’on voit pas venir Qui nous font douter de l’avenir Qui nous donnent juste envie de fuir Mais oublie pas Que t’as toujours en banque Quelques jours de chance Et un peu d’espérance C’est juste une passe Faut pas perdre patience J’te jure fais-moi confiance On va s’en sortir ensemble
6.
Loin 02:59
Les objets s’animent et se jasent Les mots s’alignent se mettent en phase Les accords s’obstinent et se brassent Quelque chose se passe Ça m’amène loin Je sais jamais où Loin Au fond je m’en fous La fenêtre donne sur la cour La cour donne sur les gens autour Devant tous les hasards possibles Je pense à quitter la file Et m’en aller loin Je sais jamais où Loin Au fond je m’en fous Pendant que mon amour dort Je brise le silence C’est une nouvelle journée qui commence Le mouvement reprend tranquillement Mes idées font du vent Et me poussent vers l’avant Pendant que la nature dort Moi je brise le silence C’est une nouvelle journée qui commence Le mouvement reprend tranquillement Et mes pas créent l’élan Qui me pousse en avant Je sais jamais où Loin Au fond je m’en fous Loin Je sais jamais où Loin Je m’en fous
7.
Fermont 03:48
J’ai une femme pis un enfant Qui m’attendent à Trois-Rivières Moi je suis pogné dans le Nord Sur un 21/7 d’enfer J’ai pris la job à Fermont C’est tout ce qui me restait à faire Y’avait plus d’ouvrage en ville J’étais en train de devenir débile La paye est bonne c’est vrai Mais j’te jure que je m’ennuie au complet Le soir cordé dans le mur Comme un piquet de clôture On sort le fer d’icitte Pour l’envoyer au bout du monde Et moi je compte les secondes Qui me séparent de toi J’espère que notre amour Sera jamais comme ces villes fantômes Abandonnées au nord à l’ombre Comme tant de promesses oubliées Quand le sens de la vie m’échappe Et que mes douze heures me rattrapent Je descends au bar avec les gars On trinque à tous ceux qu’on voit pas J’étais venu en attendant En attendant ça fait trois ans Dans l’fond j’avance à reculons Comme ben des pousseux de crayon Icitte moi j’étouffe au grand air Pour sortir la matière première Je sais pas quand je vais craquer Mais je sais que ça va arriver On sort le fer d’icitte Pour l’envoyer au bout du monde Et moi je compte les secondes Qui me séparent de toi J’espère que notre amour Sera jamais comme ces villes fantômes Abandonnées au nord à l’ombre Comme tant de promesses oubliées Au nord du monde Au nord de tout ce qu’y peut se passer
8.
Mélie 03:35
Mélie tu me touches et tu me tapes Tu me donnes envie De partir sur la dérape Quand on se pogne Et que tu claques la porte Je te crie par la fenêtre Que le diable t’emporte Mélie tu m’allumes et tu m’énerves Tu m’évites et ça m’achève Là je sais plus t’es où Et je t’attends comme un chien Assis dans la cuisine La tête dans les mains Mélie on gaspille des heures À se crier des noms Je m’acharne et toi tu pleures Et c’est vraiment con Quand tu rappliques et me souris Je t’assure que c’est vraiment fini Puis t’insistes et je flanche Et te pousse à la chambre Et là ça recommence Mélie me prends-tu pour un pion Quand tu me joues D’avant puis de reculons Tu restes là bockée Toi qui as toujours raison Tu mélanges l’amour et l’ambition Mélie t’as pas de manières Mélie mèle-toi de tes affaires Trop saoul ou trop sage Tout ce que je fais t’enrage C’est clair qu’on colle plus Sur la même image Mélie on gaspille des heures À se crier des noms Je m’acharne et toi tu pleures Et c’est vraiment con Quand tu rappliques et me souris Je te jure que c’est vraiment fini Puis t’insistes et je flanche Et te pousse à la chambre Et on reprend la danse
9.
Regarde-moi je suis pas à vendre Je suis pas à prêter, pas à piller Moi je suis pas à prendre J’suis pas à donner, pas à louer Et pis j’t’écoeuré d’avoir peur J’t’écoeuré du malheur À soir j’m’en vas virer Jusqu’au bout des heures Un briquet, ma chérie Et pis quelques bières On fout le feu à la folie ordinaire Faire brûler les minutes, les secondes Tant qu’on aura pas fabriqué l’aube J’pas prêt à me rendre J’pas près de lâcher, j’pas près de crever J’pas prêt à fendre Je suis pas fêlé, j’pas fucké J’suis écoeuré d’avoir peur Écoeuré du malheur Amène-moi virer Jusqu’au bout des heures Un briquet, ma chérie Et pis quelques bières On fout le feu à la folie ordinaire Faire brûler les minutes, les secondes Tant qu’on aura pas fabriqué l’aube
10.
Asbestos 03:34
Grand-père travaillait À pelle pis à pioche Au fond du pit d’la mine d’Asbestos Au fond de la terre, dans la poussière La job de bras pour mon grand-père Grand-mère élevait ses sept enfants Su’l bord du pit, y’en avait tout autant Su’l bord du cratère dans la poussière La vie ordinaire pour ma grand-mère Asbestos Nos vies dures comme la roche Qui met l’argent dans nos poches Asbestos C’était l’époque Du patronage pis des trusts Les boss anglais S’en mettent plein les poches Sans contrat de travail Nous autres on rentre pus Grand-père outré sort dans la rue Grand-mère cassée achète à crédit Faut continuer à nourrir les petits Et pis faut prier, ah ouais faut y croire Un jour on va ben sortir du noir Asbestos Nos vies dures comme la roche Qui met l’argent dans nos poches Asbestos Les scabs traversent la ligne de piquetage Grand-père en lui sent monter la rage Vous viendrez pas nous voler l’ouvrage Les grévistes debout forment un barrage Duplessis lâche lousse la police provinciale Et s’en suit des coups pis ben du saccage Et toujours la peur dans c’te vie en pacage Grand-mère pleure à bout de courage Asbestos Nos vies dures comme la roche Qui met l’argent dans nos poches Asbestos Aujourd’hui astheure que grand-père est parti Grand-mère tranquille me raconte leur vie C’t’à pelle pis à pioche mon gars qu’on bâtit Sa route, sa maison pis son pays
11.
Je bûche 01:32
Je bûche, je chiale Je pioche, je potasse Je besogne, je boulonne Je gratte Je galère, je rame Je trime, je tords Pis je bûche encore À la recherche De la réponse, du trésor Moi je travaille fort J’ai l’âme en faillite La tête en orbite Le corps magané Les yeux boursouflés J’pense que c’est l’heure D’aller me coucher Je rêve de partir, de m’enfuir Voyager, décoller Découvrir, inventer Je rêve de la mer Du sable, du bleu Et d’un vent qui nous souffle Tous les deux Qui rallume la lumière dans nos yeux Et le feu Nos âmes au zénith Nos têtes en orbite Nos corps ben collés On fait un toi pis moi Pis v’là déjà l’heure De se lever
12.
C’est la chanson de la dernière chance Sur la piste, c’est la dernière danse C’est la dernière chanson d’amour de la terre Le dernier repaire, la dernière bière C’est la chanson de notre dernier cri Ici-bas, c’est notre dernière vie C’est la dernière chanson d’amour de la terre Notre dernière guerre, la dernière prière C’est la chanson de notre dernier souffle Avant que la lumière nous engouffre C’est la dernière chanson d’amour de la terre Notre dernier espoir, notre dernière gloire C’est la chanson de notre dernière chance Sur la piste, c’est notre dernière danse C’est la dernière chanson d’amour de la terre Notre dernier repaire, la dernière prière

about

FABRIQUER L’AUBE

Je ne sais pas trop pourquoi, mais le geste d’écrire est pour moi intimement lié à celui de courir. J’écris pour trouver un sens, une lumière, une réponse, ma place et un peu de paix peut-être. Surtout, j’écris je pense, pour me méfier du confort et de l’indifférence.
Je cours pour les mêmes raisons.

N’étant arrivé à nulle part de précis (ni en courant, ni en écrivant), j’essaie de m’en faire un peu moins avec la destination maintenant. Je me fie aux pulsions de mon coeur et j’avance sur un sentier ou dans une page en me disant que je saurai bien assez tôt où tout cela va me mener.
Pour l’instant, j’ai du souffle, mon esprit
voyage et je me sens furieusement vivant.

C’est bien assez pour moi.

Bonne écoute,

Vincent Vallières
14 août 2013

credits

released September 13, 2013

La fabrication de l’aube, roman de Jean-François Beauchemin, a inspiré le titre de cet album.
Réalisation :
Olivier Langevin, assisté de Pierre Girard et Vincent Vallières
Arrangements :
Olivier Langevin et le groupe
Enregistré au printemps et à l’été 2013 au studio de Pierre Marchand. Enregistrements supplémentaires : Studio Planet, sous-sol de Langevin, sous-sol de Papanicolaou et studio de Pierre Girard
Prise de son : Pierre Girard
Assistants : Pascal Shefteshy chez Pierre Marchand, Sébastien Perry chez Planet
Prise de son additionnelle : Olivier Langevin et Andre Papanicolaou
Mixage : Pierre Girard
Matriçage : Richard Addison chez Planet
Production : Spectra Musique
Producteur exécutif : François Bissoondoyal, avec l’aide de Marie-Pier Létourneau et Ludivine Dubus
Agence de spectacles : Spectra Musique
Photos : Jocelyn Riendeau
Design graphique : Vincent Croteau et Étienne Jacques
Relecture des textes : Michel-Olivier Gasse
Lutherie : Bruno Boutin

Merci au Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke de nous avoir prêté son toit pour les photos.
Merci à tous les collaborateurs qui ont aidé à fabriquer l’aube.
Un merci particulier à ma famille et aux fans.

license

all rights reserved

tags

about

Vincent Vallières Montreal, Québec

Auteur/compositeur originaire de Sherbrooke.
21 nominations en carrière au Gala de l’ADISQ et trois prix Félix

shows

contact / help

Contact Vincent Vallières

Streaming and
Download help

Shipping and returns

Report this album or account

If you like Vincent Vallières, you may also like: